L’histoire de notre lycée est assez complexe, car il est l’héritier en fait de trois établissements scolaires.

En septembre 1886, les Frères des Ecoles Chrétiennes ont ouvert à Péra, non loin du lycée Galatasaray, un demi-pensionnat remplaçant celui qu’avait détruit le grand incendie de 1870. Ce nouvel établissement prit le nom de Saint-Michel.

Frère Jonathan, qui en a été le directeur jusqu’en 1903, voulait que “son enseignement embrasse toutes les études littéraires, scientifiques et commerciales des établissements similaires de France, et convienne spécialement aux jeunes gens se destinant à des carrières administratives, commerciales ou industrielles”. En fait, les programmes d’études, ouverts sur la vie et préparant directement les jeunes à des carrières spécifiques, forcent l’admiration.

En 1896, au nord de la ville, dans le quartier de Feriköy, plus calme que celui de Péra, les Frères ont fait construire une école placée sous le patronage de Saint-Jean Chrysostome. Cet établissement d’enseignement primaire, primaire-supérieur et commercial élémentaire a connu un rapide essor et comptait 180 élèves en 1912. Mais il n’est resté ouvert que jusqu’en 1914.

En 1921, enfin, au lendemain de la Première Guerre Mondiale, le Frère visiteur Florin, homme du Nord, énergique et entreprenant, a fait édifier, plus ou moins sur l’emplacement de l’école Saint-Jean Chrysostome, un bâtiment plus vaste et bien ordonné, mieux équipé également, qui est devenu le collège Sainte-Jeanne d’Arc. L’enseignement s’y faisait jusqu’en classe de troisième, et les élèves pouvaient achever leurs études secondaires modernes au collège Saint-Michel de Péra ou au collège Saint-Joseph de Kadiköy. Ils pouvaient aussi choisir de concourir pour être admis à l’Institut commercial, d’abord installé à Saint-Joseph, puis transféré à Sainte-Jeanne d’Arc en 1923.

En 1936, une loi a contraint les établissements scolaires ouverts par des étrangers à fermer leurs classes d’enseignement primaire. Plusieurs petites écoles ont de ce fait disparu et d’autres, dont Saint-Michel de Péra qui recevait les enfants dès l’âge de 6 ans, ont connu une diminution importante de leurs effectifs.

Le collège Saint-Michel a alors quitté le secteur encaissé et bruyant de Péra pour venir s’installer dans les locaux du collège Sainte-Jeanne d’Arc à Feriköy. De la fusion de ces deux établissements est né l’actuel lycée Saint-Michel (1937).

En 1956, pour des raisons diverses et difficiles à expliquer ici, les Supérieurs des Frères ont décidé de fermer les classes du second cycle. Elles ont été réouvertes en 1970, en même temps qu’acceptant désormais les jeunes filles, Saint-Michel devenait le premier lycée mixte parmi les établissements scolaires français d’Istanbul.

Depuis 1976, la direction du lycée n’a plus été confiée à des Frères. Mais les directeurs laics ont eu et ont encore le souci de poursuivre la tâche éducative entreprise par les Frères fondateurs, au service de la jeunesse turque qui a choisi d’apprendre le français pour se former.

UNIONISTES.ORG

You are viewing the text version of this site.

To view the full version please install the Adobe Flash Player and ensure your web browser has JavaScript enabled.

Need help? check the requirements page.

Get Flash Player